Etat des lieux

Le bois-énergie collectif et industriel en France

Le Parc des installations bois-énergie en France a connu une croissance importante, avec une forte accélération depuis 2009, pour atteindre aujourd’hui plus de 6 000 installations (de plus de 50 kW) (Source : recensement effectué par le CIBE).
La consommation de bois estimée est de 34 4000 GWh soient 3 Mtep/an.
La grande majorité des installations (82 %) ont une puissance entre 50 kW et 1 MW.

Répartition géographique hétérogène

Selon le contexte régional (soutiens politique et financier, besoins en énergie, disponibilité de la ressource, culture forestière, professionnels,…), le développement des installations automatiques au bois a été variable. Il en résulte une hétérogénéité dans la répartition géographique des installations illustrées sur des cartographies sur cette page :

  • localisation individuelle des chaufferies de plus d’1 MW bois
  • en puissance cumulée par million d’habitants et par région des installations de plus de 50 kW
  • en nombre par million d’habitants et par région des installations de plus de 50 kW

Répartition par usage de la chaleur

Ressources en combustibles

L’augmentation des volumes s’accompagne d’une diversification des ressources qui étaient principalement forestières en 2006 et dont l’estimation aujourd’hui est de 70% (source ADEME) en se diversifiant avec les produits ligneux agricoles et industriels (de l’ordre de 10%) dont la fraction ligneuse des déchets verts, les produits bois en fin de vie (de l’ordre de 10%), et les connexes de scierie (de l’ordre de 10%).

Focus sur les réseaux de chaleur

Les extraits ci-dessous du Webinaire élaboré par AMORCE, le CIBE et le SNCU illustre l’évolution des chaufferies bois sur réseaux et présenté en avril 2017.

 

Cette situation est mise en perspective, ci-dessous, en tant que partie intégrante du bois-énergie*, de la biomasse solide** et des énergies renouvelables (EnR), mais également par rapport à l’état d’avancement au sein de l’Europe et du Monde.

———————

Le bois-énergie en France

Le graphe ci-dessous issu des chiffres-clés des EnR 2014 – MEDDE illustre la répartition entre la consommation primaire de bois-énergie par secteur, ainsi le chauffage au bois domestique représente encore la majorité du profil de consommation de bois-énergie en France.
Nous ne détaillerons pas plus l’état des lieux du chauffage domestique au bois, car ce secteur ne fait pas partie du champ de compétences du CIBE.
Pour en savoir plus, contactez notamment l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie ouADEME, le Syndicat des EnR.,  l’association nationale des professionnels du chauffage au granulé de bois « Propellet France« .

La biomasse solide en France

Les « Chiffres-clés des EnR 2016 » publiés par le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer (MEEM) présentent la situation de la biomasse solide en France. Le graphe suivant illustre que la majorité des 9,5 Mtep (94 %) de biomasse solide consommée est utilisée pour produire de la chaleur.

Les EnR en France

Les « Chiffres-clés des EnR 2016 » publiés par le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer (MEEM) présentent l’état des lieux des EnR en France (au regard des objectifs nationaux à atteindre sur cette page). Ainsi, les EnR représentent 9,4 % de la consommation d’énergie primaire en 2015.

Au regard des autres EnR, le bois-énergie a et a toujours eu une place prédominante (près de 40 % en 2015) comme illustré dans les graphes ci-dessous (issus des « Chiffres-clés des EnR 2016« ).

L’usage chaleur est toujours prédominant en ce qui concerne le bois-énergie/biomasse solide comme illustré dans le graphe ci-dessous (issu des « Chiffres-clés des EnR 2016« ).

Les EnR en Europe

La France a un positionnement médian par rapport aux autres pays européens en matière de développement des EnR comme illustré dans la cartographie et le graphe ci-dessous (issus des « Chiffres-clés des EnR 2016« ).

Les EnR dans le Monde

L’Europe a un positionnement élevé par rapport aux autres pays du Monde en matière de développement des EnR comme illustré dans les graphes ci-dessous (issus des « Chiffres-clés des EnR 2016« ).

*bois-énergie : il comprend le bois bûche (commercialisé ou autoconsommé), ainsi que tous les coproduits du bois destinés à produire de l’énergie : liqueur noire, écorce, sciure, plaquettes forestières et plaquettes d’industrie, briquettes reconstituées et granulés, broyats de déchets industriels banals, bois en fin de vie, etc.
**biomasse solide : elle regroupe le bois-énergie, les déchets renouvelables incinérés et les résidus agricoles et agroalimentaires (également incinérés et incluant la bagasse, qui correspond au résidu ligneux de la canne à sucre). La biomasse au sens large comprend également le biogaz et les biocarburants.