ACTUALITES

jeudi 13 décembre 18
lundi 01 avril 19
mardi 02 avril 19
mercredi 03 avril 19
mardi 09 avril 19
  • PARIS - Formation CIBE/METROL "ADOBOIS"

    Sur l'Audit, Diagnostic et Optimisation des performances d’une chaufferie bois-énergie
    Pour en savoir plus

5 déc. 2018 - Annonce de la suppression de la taxe carbone en 2019

"Avant une nouvelle mobilisation des "gilets jaunes", l'Elysée repasse derrière Edouard PHILIPPE pour préciser que la hausse sur les carburants était "annulée" et non suspendue. Quant aux émissions mondiales de CO2, première cause du réchauffement climatique, elles repartent à la hausse."

Pour accéder l'article de France Culture, cliquez ici.

27 nov. 2018 - Présentation de la PPE

La stratégie française pour l’énergie et le climat, reposant sur la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), a été présentée par le président de la République mardi 27 novembre 2018.
Le Gouvernement s’est fixé un objectif ambitieux : atteindre la neutralité carbone en 2050. Pour y parvenir, il s’appuie sur deux stratégies :

  • La Stratégie nationale bas-carbone (SNBC), qui est la feuille de route de la France pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre.
  • La Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui fixe les priorités d’actions dans le domaine de l’énergie pour la décennie à venir.

Dossier de presse en ligne ICI.

Présentation de la PPE en 10 points en ligne ICI.

4-6 décembre 2018 - PARIS - Semaine de la Chaleur Renouvelable - 2 ateliers animés par le CIBE

La chaleur est un enjeu majeur de la transition énergétique de notre pays puisqu’elle représente aujourd’hui la moitié de la consommation énergétique française et reste majoritairement produite par des énergies fossiles, importées et carbonées. Le rôle clé de la chaleur renouvelable dans la lutte contre le réchauffement climatique a par ailleurs été acté par la France qui a fixé des objectifs ambitieux dans la loi de transition énergétique et la programmation pluriannuelle de l'énergie.

Afin de promouvoir ce mode de production de chauffage vertueux et porteur d’emplois locaux, l’ADEME, AMORCE, la Fédération des services énergie environnement (FEDENE) et le Syndicat des Énergies Renouvelables (SER) organisent cette année la Semaine de la chaleur renouvelable du 4 au 6 décembre 2018 au Forum des images à Paris. Cet événement réunira l’ensemble des acteurs de la chaleur renouvelable : collectivités, producteurs d'énergie, opérateurs de l’habitat... Il permettra d’aborder l’actualité de toutes les filières (bois-énergie, géothermie, chaleur de récupération industrielle, énergie des déchets, chaleur solaire, biogaz), de présenter les solutions qui sont mises en place dans les territoires pour développer des projets de chaleur renouvelable, ainsi que les perspectives et les besoins du secteur.

Le CIBE y a animé le mercredi 5 décembre deux ateliers :

9h-11h "Trois atouts majeurs du bois-énergie"

  • Introduction, objectifs et chiffres clés - Clarisse FISCHER, Déléguée générale - CIBE
  • Retour d’expériences des collectivités :
    • Dominique PARREL, Maire - Commune de Coublevie et Vice Président du Pays Voironnais
    • Paul THEBAULT, Conseiller municipal et Président - régie des quartiers Saint Jean de Chalon sur Saône
  • Retour d’expérience d’un industriel, Gaël JOUANNE, Responsable centrale du facility management - ARIANE
  • Retour d'expérience des propriétaires forestiers, Sylvie COISNE, Vice-Présidente, Fransylva Forestiers Privés de France
  • Aspects économiques "Taxe carbone : succès en suède, confusion et contestation en France", Serge DEFAYE, Président d'honneur, CIBE

13h45-15h30 "Trois facteurs-clés de réussite d'un projet bois-énergie"

  • Introduction, objectifs et chiffres clés - Clarisse FISCHER, Déléguée générale - CIBE
  • Retour d’expériences de chaufferies collectives et action des animateurs bois énergie, Lise DELRIEUX, Ingénieur bois énergie - TRIFYL
  • Retour d’expériences d’une métropole , Cyril MOREAU, Vice-Président, Métropole de Rouen
  • Retour d’expériences de projets industriels, Minh Hiep NGUYEN, Energy project manager - Corporate Engineering Nestlé
  • Retour d’expériences d’un bureau d’étude, Gaëtan REMOND, Directeur associé - INDDIGO

Téléchargez les présentations et le programme sur ce lien.

 

25 déc. au 1er janvier - Congés de fin d'année du CIBE

 

Les bureaux du CIBE seront fermés les 25, 31 décembre et 1er janvier 2019 inclus pour les congés de fin d'année. Une permanence est assurée les matinées du 26 au 28 décembre et du 2 janvier.

 

25 octobre 2018 - AMIENS (80) - Journée technique 'Chaufferies biomasse et écart de température d'eau : les solutions de la performance'

 

Le CIBE a organisé, en partenariat avec l'ADEME et l'ATEE, une journée technique le jeudi 25 octobre 2018 à Amiens (80) intitulée :

Chaufferies biomasse et écart de température d’eau :

les solutions de la performance


Une série de conférences se sont tenues en salle sur les thèmes suivants :

  • Chaufferie biomasse et température d’eau : contexte, solutions, impacts et bonnes pratiques
  • Chaufferie biomasse et réseau de chaleur : mise en œuvre et retour d’expérience
  • Condensation biomasse « directe » : mise en œuvre et retour d’expérience
  • Condensation biomasse via pompes à chaleur : mise en œuvre et retour d’expérience
  • La chaufferie biomasse à condensation et avec hydro-accumulation du réseau de chaleur d’Étouvie : une exemplarité en matière d’efficacité énergétique

avec l'intervention des sociétés BEIRENS, CALIGO INDUSTRIA OY, CEDEN, COFELY SERVICES, DELTA SOLUTIONS, SCHEUCH, Société Immobilière Picardie et WEISS.

L'après-midi, une visite de la chaufferie bois du réseau de chaleur du quartier d'Etouvie à Amiens a été organisée (chaudière bois de 5MW, consommation de 10 000 tonnes/an, mise en service en 2014, exploitant : SAS Etouvie Energies et Environnement - filiale d'Engie-Cofely).

Le programme et les présentations de cette journée, ainsi que la fiche ADEME de présentation de cette chaufferie sont disponibles en téléchargement en cliquant ici.

27-30 nov. 2018 - LYON (69) - Salon Pollutec - 2 conférences animées par le CIBE

Le 28ème salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement a eu lieu du 27 au 30 novembre 2018 à Lyon à Eurexpo.

Le CIBE a souhaité être présent dans le cadre de ses missions de sensibilisation des industriels au bois-énergie.
Au programme de cette année concernant notre secteur d'activité :

  • Pollutec accueillera une zone bois-énergie
  • Des conférences traitant de la biomasse
  • L’organisation de rendez-vous d’affaires avec des représentant territoriaux et des industriels
  • La visite de délégations officielles (pays étrangers, fédérations, collectivités) sur les villages

Pour la première fois, le CIBE y a tenu un stand, il s'est situé sur la zone dédiée au bois-énergie. Nos adhérents Bois Négoce énergie, Compte-RFibois 26-07, Nass&Wind bois énergie, Prossergy  y étaient présents également !

Le CIBE y a animé deux conférences :

  • Forum « Energie » : "Le bois-énergie, une opportunité pour l’industrie"

Proposée par le CIBE, cette conférence a pour objectif de présenter les atouts du bois-énergie en industrie, en particulier dans un contexte où la tarification du carbone prend de l’ampleur, ainsi que les dispositifs de soutien financier et les compétences des acteurs de la filière mises au service des porteurs de projets.
Depuis longtemps utilisé dans l’industrie du bois (scieries, menuiseries, papeteries, usines de panneaux…) en tant que mode de valorisation des sous-produits de l’activité principale, le bois-énergie se développe dans d’autres secteurs industriels depuis les années 2000 et tout particulièrement depuis la mise en place du Fonds Chaleur en 2009.
Les atouts du bois-énergie sont nombreux, tant d’un point de vue technique qu’économique, environnemental ou territorial. Ils se trouvent en outre renforcés par les politiques de lutte contre le changement climatique mises en œuvre aux niveaux européen et national : que les installations de combustion industrielles soient concernées par le système d’échange de quotas de CO2 ou la contribution climat énergie, le recours aux énergies fossiles aura un impact économique important à court ou moyen terme. Neutre du point de vue des émissions de carbone, le bois-énergie s’avère une alternative intéressante.
Enfin, le panel de compétences des acteurs de la filière bois-énergie et les retours d’expérience des industriels disposant d’installations biomasse permettent de bien appréhender les points clés de l’utilisation du bois : caractéristiques des besoins énergétiques (chauffage, process divers), usage du bois seul ou en complément d'une valorisation de sous-produits lignocellulosiques, modalités de montage technique et financier des projets, approvisionnement en combustible, performance d’exploitation…
Intervenant : Stéphane COUSIN, conseiller technique au CIBE

  • Forum « Industrie durable » : "A chacun sa solution bois-énergie ! Choix de la technologie de combustion en fonction des besoins thermiques à satisfaire et des ressources biomasse disponibles"

Proposée par le CIBE, cette conférence a pour objectif de présenter les solutions bois-énergie adaptées à la satisfaction des besoins industriels de process (vapeur, eau chaude…) / chauffage et leurs performances énergétiques et environnementales.
Depuis longtemps utilisé dans l’industrie du bois (scieries, menuiseries, papeteries, usines de panneaux…) en tant que mode de valorisation des sous-produits de l’activité principale, le bois-énergie se développe dans d’autres secteurs industriels depuis les années 2000 et tout particulièrement depuis la mise en place du Fonds Chaleur en 2009.
Les technologies bois-énergie disponibles peuvent contribuer à la satisfaction de l’ensemble des besoins industriels de process, de chauffage et de production d’électricité (voire de froid) par le biais de vapeur haute ou basse pression, d’eau chaude ou surchauffée, d’air chaud ou de fluide thermique caloporteur, et ce dans une gamme de puissance de quelques dizaines de kW à plusieurs dizaines de MW.
En outre, des combustibles issus de tous types de bois (plaquettes forestières, écorces, broyats d’emballages en bois, granulés…), biomasses agricoles (pailles, miscanthus, coques de tournesol…) ou sous-produits de l’industrie agroalimentaire (tourteaux, grignons d’olives, pépins de raisins…) peuvent être utilisés, seuls ou concomitamment, dès lors que l’installation de combustion est dimensionnée en fonction.
Enfin, les chaufferies bois industrielles, entièrement automatisées et équipées de systèmes de dépoussiérage des fumées, présentent de bonnes performances énergétiques et environnementales.
Intervenants : Stéphane COUSIN, conseiller technique au CIBE, ainsi que des constructeurs de chaudières bois et/ou fournisseurs de solutions clés en main bois-énergie adhérents du CIBE

Site internet du Salon : http://www.pollutec.com/

3ème trimestre 2018 - Indices du bois-énergie CEEB - Résultats

page1image26760896

 

L'équipe du CEEB a publié les résultats de l’enquête trimestrielle sciages et bois énergie du 3ème trimestre 2018.
Téléchargez les mercuriales trimestrielles sur cette page.

1-3 avril 2019 - FORMATOUR Bois-énergie Finlande

Bois-énergie collectif et industriel
Technologies et pratiques innovantes
pour la production de chaleur et d'électricité en Finlande
du 1er au 3 avril 2019

Cette formation en Finlande sur trois journées initiée en 2017, montée en partenariat avec le cabinet METROL, donne l'occasion de former des professionnels souhaitant acquérir ou parfaire une connaissance théorique, méthodologique et pratique des acteurs et des clés de la dynamique de développement du bois-énergie collectif et industriel au travers de l'exemple de la Finlande.

Pour télécharger la plaquette de présentation, le bulletin d'inscription et le programme pédagogique, consultez sur cette page du site internet du cabinet METROL.

Contexte

La biomasse forestière est la source d'énergie la plus importante en Finlande, plus importante que fuel ou nucléaire ou charbon.
En 2016, la consommation de bois-énergie (chaleur et cogénération) y était de 37,2 TWh soit une augmentation de 6 % par rapport à 2015. (Source : LUKE)
Au total, la Finlande fait partie aujourd'hui des pays européens qui affichent les objectifs les plus élevés en termes de développement des énergies renouvelables.
En 2020, leur part devrait atteindre 32,9% dans la consommation électrique et 47,5 % pour le chauffage et la climatisation, contre respectivement 27% et 33 % pour la France. De plus, cette évolution se fait sans que les prix de l'électricité n'explosent. Les tarifs électriques industriel et domestique sont en effet parmi les plus faibles d'Europe. (Source : Institut Choisel)
Pour bénéficier du savoir-faire et des compétences de nos voisins finlandais, le CIBE et le Cabinet METROL propose donc une formation de 3 journées en Finlande du 1er au 3 avril 2019.

3 août 2018 - Sortie des arrêtés ICPE de transposition de la Directive "MCP"

Le Ministère a publié le 3 août 2018 les arrêtés de transposition de la directive 2015/2193/UE du 25 novembre 2015 relative à la limitation des émissions de certains polluants dans l'atmosphère en provenance des installations de combustion moyennes, dite "Medium Combustion Plant" ou MCP. Cette dernière s’applique aux installations de combustion de puissance thermique nominale comprise entre 1 et 50 MW. La directive établit des règles visant à limiter les émissions atmosphériques de dioxyde de soufre (SO2), d’oxydes d'azote (NOx) et de poussières, ainsi que des règles visant à surveiller les émissions de monoxyde de carbone (CO).

Pour télécharger la Directive européenne 2015/2193UE du 25 novembre 2015, cliquez ici.

Sa transposition en droit français est assurée par un décret et 5 arrêtés.

  • Le décret 2018-704 du 3 août 2018 modifiant la nomenclature ICPE et certaines dispositions du code de l’environnement. Il modifie la rubrique 2910.
  • L’arrêté du 3 août 2018 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées pour la protection de l'environnement soumises à déclaration au titre de la rubrique 2910. Il s’applique aux installations de combustion de puissance nominale totale supérieure ou égale à 1MW et inférieure à 20MW relevant de la rubrique 2910-A, à l’exclusion des installations utilisant le biogaz comme combustible.
  • L’arrêté du 3 août 2018 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations relevant du régime de l'enregistrement au titre de rubrique 2910 de la nomenclature des installations classées pour la protection de l'environnement. Il s’applique aux installations de combustion de puissance nominale totale supérieure ou égale à 20MW et inférieure à 50MW relevant de la rubrique 2910-A et aux installations de combustion de puissance nominale totale supérieure ou égale à 1MW et inférieure à 50MW relevant de la rubrique 2910-B1.
  • L’arrêté du 3 août 2018 relatif aux installations de combustion d'une puissance thermique nominale totale inférieure à 50 MW soumises à autorisation au titre des rubriques 2910, 2931 ou 3110.
  • L’arrêté du 3 août 2018 relatif aux installations de combustion d'une puissance thermique nominale totale supérieure ou égale à 50 MW soumises à autorisation au titre de la rubrique 3110.

Les 6 textes entrent en vigueur le 20 décembre 2018. Toutefois, certains arrêtés prévoient des dispositions d’applicabilités particulières pour les installations existantes (mises en service avant le 20 décembre 2018). De plus, les valeurs limites d’émissions plus contraignantes prescrites par la directive MCP s’appliquent aux installations existantes à partir du 1er janvier 2025 pour les installations de puissance supérieure à 5MW et à partir du 1er janvier 2030 pour les installations de puissance inférieure à 5MW.

Le CIBE et la FEDENE ont établi en septembre 2018 une note pédagogique de 7 pages présentant de les informations indispensables à noter sur cette évolution règlementaire. Vous pouvez la télécharger ICI.

Sur cette page, vous trouverez la présentation précise des évolutions à prendre en compte qui ont été confirmées par ces arrêtés effectuée lors du dernier Salon Bois Energie à Grenoble en mars 2018 par Jean-Marc BERTRAND (Chef de projets, CIBE) et Samuel PETIT (Responsable technique, FEDENE) dont voici quelques extraits.

Évolutions principales analysées par le CIBE :

  • Les appareils de combustion strictement inférieurs à 1 MW ne sont pas concernés à décret 9/6/2009 et arrêté 2/10/2009
  • Le statut installation soumise à déclaration commence à 1 MW (et non plus 2 MW)
  • Pour une puissance 20 MW ≤ P < 50 MW et rubrique 2910A : procédure enregistrement et non plus autorisation (simplification administrative, dynamique télé-déclaration)
  • La procédure enregistrement s’applique pour la rubrique 2910B1 à partir de 1 MW (et non plus à partir de 0,1 MW)
  • Une démarche de validation du statut déclaratif (ou pas) d’un site qui se situerait entre 1 et 2 MW sera à effectuer
  • Un ajustement éventuel pour les sites existants disposant d’appareils de combustion de moins de 1 MW (les nouveaux arrêtés abrogeront les textes existants)
  • Les fiches combustions deviendront caduques à Mais s’attendre à une actualisation – adaptation
  • La disparition à terme de la notion d’appareils de combustion (chaudières) de secours.

  • Vigilance sur les règles d’implantation car lorsque installation supérieure ou également à 1 MW (et strictement inférieure à 2 MW), les distances d’éloignement de 10 mètres des limites de propriétés et conditions d’applications.
  • Marche à suivre pour le positionnement établissement, installation(s) et VLE :

            1) Identifier le classement de l’établissement en sommant les puissances de tous les équipements

            2) Caractériser le périmètre des installations de combustion (ou la seule),

            3) Identifier le type d’AM (arrêté ministériel) applicable à chaque installation de combustion (et conduit à la plage de puissance concernée et VLE    pour chaque combustible).

  • Une tendance généralisée vers les VLE plus exigeante (NOx et poussières particulièrement) pour les installations existantes ou qui seraient mises en service à compter du 20 décembre 2018, avec cependant une échéance de 7 à 12 ans pour se mettre au niveau le plus exigeant.

En effet, pour les installations existantes, un délai est accordé pour se mettre au niveau des VLE les plus exigeantes :

P < 5 MW à les VLE les plus exigeantes s’appliqueront à compter du 1er janvier 2025.

P ≥ 5 MW à les VLE les plus exigeantes s’appliqueront à compter du 1er janvier 2030.

Une exigence d’emblée au niveau les plus exigeants de VLE pour les installations qui auront une date de mise en service à compter du 20 décembre 2018.

30-31 janvier 2019 - RENNES (35) - Salon Bois Energie

Le CIBE sera présent les 30 et 31 janvier 2019 au Salon Bois Energie à RENNES (35).

Cela est une nouvelle occasion au sein de son stand (n° C55) :

  • de présentation de ses actions et travaux (conférences organisées le mercredi 30 janvier au matin)
  • d'échanges entre adhérents et partenaires
  • de rencontres avec le réseau des animateurs bois-énergie


Le CIBE y organise le 30 janvier de 10h à 13h une série de conférences :

  • Evolution des normes des combustibles ISO

Intervention par Clarisse FISCHER, Déléguée Générale du CIBE

Tous les 5 ans les normes sont révisées avec pour objectif de les adapter au marché et à ses évolutions, ainsi que de corriger les points limitants qui empêchent l'usage de normes ou de classes de normes. Aujourd'hui, les normes publiées en juin 2014 sur les plaquettes et granulés, notamment, sont donc en cours de révision pour une nouvelle publication cette année. De nouvelles normes sur les biocombustibles traités thermiquement et les plaquettes/broyats à usage industriel sont également en cours d'élaboration.
Cette révision est une opportunité importante pour toute la filière bois-énergie en France de remettre à niveau et adapter les normes au marché français que ce soit pour la production ou la consommation.
Aussi le CIBE en partenariat avec Propellet, RAGT et le SNPGB (Syndicat National des Producteurs de Granulés de Bois) travaille en coordination  pour  la révision en cours des normes Biocombustibles solides (plaquettes et granulés notamment) ou ISO 17225.
Cet état des lieux et les prochaines étapes vous seront donc présentés.

  • Evolution de la règlementation ICPE (arrêtés du 3 août 2018)

Intervention par Stéphane COUSIN, Conseiller technique du CIBE

Le Ministère a publié le 3 août 2018 les arrêtés de transposition de la directive 2015/2193/UE du 25 novembre 2015 relative à la limitation des émissions de certains polluants dans l’atmosphère en provenance des installations de combustion moyennes, dite « Medium Combustion Plant » ou MCP. Cette dernière s’applique aux installations de combustion de puissance thermique nominale comprise entre 1 et 50 MW. La directive établit des règles visant à limiter les émissions atmosphériques de dioxyde de soufre (SO2), d’oxydes d’azote (NOx) et de poussières, ainsi que des règles visant à surveiller les émissions de monoxyde de carbone (CO).
Sa transposition en droit français est assurée par un décret et 5 arrêtés entrés en vigueur au 20 décembre 2018.
Les évolutions principales analysées par le CIBE seront présentées.

  • Valorisation énergétique des bois en fin de vue issus de l'ameublement : Quelles potentialités ?

Intervention d'un représentant de CEDEN, Biomasse Normandie et/ou ECO-MOBILIER

Depuis une vingtaine d’années, l’Union européenne a établi des directives et règlements en vue d’intégrer, dès la conception des biens mis sur le marché, les conditions de leur fin de vie. L’objectif est de minimiser les flux mais également de faciliter la réutilisation, le recyclage matière et la valorisation énergétique. Les États membres ont adopté à cet égard des stratégies différentes ; en France, la responsabilité du recyclage élargie du producteur (REP) se généralise au travers de la création d’Eco-organismes, rassemblant les professionnels de chaque filière et garantissant matériellement ces objectifs.
Pour la filière mobilier, l’État a ainsi agréé Éco-Mobilier, qui prend en charge la gestion de la fin de vie des Déchets d’Éléments d’Ameublements (DEA) des particuliers, un second Eco-organisme ayant été agréé pour les DEA des professionnels (VALDELIA).
À ce titre, Éco-Mobilier prévoit d’ici 2023 la collecte de près de 1 000 000 tonnes de DEA, dont les 2/3 environ sont constitués de bois. Près de 230 000 tonnes par an seraient à orienter vers des chaufferies collectives et industrielles.Bien que divers programmes aient été conduits antérieurement (SRBTP et ECIRBEN), ce type de déchets est actuellement encore relativement mal connu. Éco-Mobilier a souhaité donc soulever cette difficulté en lançant une grande campagne de caractérisation des DEA bois à l’échelle nationale.
Il a donc missionné l'Association Biomasse Normandie et le Cabinet CEDEN pour analyse de façon plus détaillée la composition des bois en fin de vie issus d'ameublement. L'état d'avancement de cette étude vous sera présentée.

  • Animation bois-énergie : des compétences au service des filières locales bois-énergie
Intervention par Elodie PAYEN, Chargée de projets du CIBE, association AILE et/ou interprofession Forêt-Bois de Bretagne "ABIBOIS"
Les animateurs bois-énergie sont des acteurs locaux missionnés par les collectivités territoriales et l’ADEME pour soutenir le développement cohérent des filières bois-énergie (collectif et industriel) territoriales. Soutien à la structuration de l’approvisionnement, estimations techniques et financières des projets de chaufferies, connaissance de l’état d’avancement des installations et des acteurs en place, venez (re)découvrir leurs compétences et ceux qui oeuvrent sur votre secteur !

Voici la présentation officielle du Salon :

Le focus du Salon Bois Energie 2019 est l’énergie à partir de bois et de déchets de bois pour les secteurs de l’industrie et des collectivités.

Les combustibles du bois issus des résidus forestiers, les déchets du bois "en fin de vie" ou encore les déchets du bois issus des processus industriels sont les matières premières principales pour la création d'énergie pour l'Industrie et les Collectivités sous forme de chauffage, chauffage et électricité et éventuellement de méthane (via la méthanation du syngas) ainsi que la production de combustibles bois à haut pouvoir calorifique tels que les black pellets ou la bio-huile.

Un large programme pour les deux jours incluant un riche programme de conférences internationales avec traduction simultanée, des Rendez-Vous d'Affaires Internationaux, des visites techniques, le Concours de l'Innovation etc... et trois événements complémentaires en parallèle pour l'énergie biomasse et le traitement de l'eau font de Bois Energie le rendez-vous incontournable pour 2019 !

De plus, Bois Energie se déroulera en parallèle avec trois autres Salons sur des domaines liés :

  • Biogaz Europe : est le salon précurseur international pour le gaz vert renouvelable - c'est à dire le biogaz, le biométhane (injection, méthanation) et le biognv - qui est produit à partir des flux de déchets organiques.
  • ReGen Europe : un nouveau salon dédié à la valorisation énergétique et aux sous-produits issus des flux de biomasse et des déchets.
  • Carrefour de l’Eau : tous les aspects liés à la gestion et au traitement de l’eau

Chiffres-clés de Bois Energie 2019 prévisionnels :

  • 100 exposants de toute l’Europe
  • 2 000 visiteurs professionnels sur les deux jours

Pour plus de détails, merci de consulter www.bees.biz.

Cogénération - Appel d'offres - Avis de la CRE publié

7 novembre 2018 : La Délibération de la CRE portant avis sur le projet de cahier des charges modifié pour la troisième période de l'appel d'offres portant sur la réalisation et l'exploitation d’installations de production d'électricité à partir de biomasse est disponible sur ce lien.

28 Septembre 2018 : En application des dispositions de l’article R. 311-16-1 du code de l’énergie et par un courrier du 27 septembre 2018, le Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) a saisi la CRE pour avis sur un projet de cahier des charges rectificatif dans le cadre de la 3ème période de candidature du présent appel d’offres. La CRE dispose d’un délai d’un mois pour rendre son avis. La date limite de remise des offres pour cette 3ème période a été fixée au 11 mars 2019 dans l’avis modificatif qui a été publié le 8 septembre 2018 au Journal officiel de l’Union européenne.

8 Août 2018 Dans le cadre de la 3ème période de candidature de l’appel d’offres Biomasse, le Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) souhaite apporter des modifications au cahier des charges et a donc demandé à la CRE de fermer temporairement la plateforme électronique de dépôt des offres. La date limite de dépôt des offres est reportée en conséquence et sera précisée dans le cahier des charges modifié.

En mars 2018, la liste des lauréats de la deuxième période de l'appel d'offres portant sur la réalisation et l'exploitation d'installations de production d'électricité à partir de biomasse (CRE 5) vient d'être annoncée par le Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire.

  9 lauréats ont été désignés pour le bois-énergie pour un volume de 50,42 MW :

  • 7 installations bois-énergie de moins de 3 MW pour un volume de 9,44 MW (pour 10 MW appelés)
  • 2 installations de bois-énergie de plus de 3 MW pour un volume de 40,98 MW (pour 40 MW appelés)


Les installations des lauréats seront soutenues par un complément de rémunération garanti pendant 20 ans. Un projet bois-énergie bénéficiera du bonus destiné à soutenir les structures ayant recours à l'investissement participatif.
Les installations produiront de l’électricité renouvelable pour un volume total de 400 GWh par an et de la chaleur renouvelable à hauteur de 1 000 GWh par an.

Le tarif moyen pour l'ensemble des lauréats, pondéré par la puissance des installations, est de 122,5 €/MWh, équivalent à celui de l'année dernière.

Date-limite de la 3ème période : (31 août 2018) --> 8 août 2018.
Pour consulter l'appel d'offres, cliquez ici.

Pour rappel :

Ségolène ROYAL a lancé en février 2016 un premier appel d'offres pour les filières bois énergie et méthanisation portant sur une période de trois ans afin de donner de la lisibilité aux industriels. Celui-ci porte sur un volume annuel de 50 MW de nouvelles installations bois énergie de plus de 300 kW, et un volume annuel de 10 MW de nouvelles installations de méthanisation de plus de 500 kW.
Pour la première période, 41 dossiers de candidature ont été reçus, pour une puissance totale de 156 MW. Tous les dossiers transmis étaient complets et la CRE les a instruits en fonction du prix de vente de l'électricité proposée, de la qualité de l'approvisionnement, de l'efficacité énergétique et de la performance matière de qualité de l'air.
Sur cette base, Ségolène Royal désigne 14 projets lauréats : 12 projets pour le lot bois-énergie et 2 projets de méthanisation. Ils soutiendront un investissement de plus de 170 millions d'euros et produiront au total 480 MWh d'électricité renouvelable par an.

Pour télécharger le comité de presse, cliquez ci-dessous.
Communiqué de presse - Mars 2017

Recherche de stagiaires au CIBE

Le CIBE recherche 3 profils de stagiaires ingénieurs ou équivalent pour le début d'année 2019.

Pour en savoir plus, téléchargez les offres et/ou contactez Elodie PAYEN, Chargée de projets au CIBE à contact@cibe.fr et au 09 53 58 82 65.

7 novembre 2018 - STRASBOURG (67) - Colloque du CIBE

Le mercredi 7 novembre à Strasbourg (67), le Comité Interprofessionnel du Bois-Energie (CIBE) a organisé, avec le soutien de l'ADEME, du Bois International et de la Région Grand Est et en partenariat avec l'ATEE, Bioénergie international, Fransylva, le Syndicat des Enérgies Renouvelables/France Biomasse Energie et Valbiom, son colloque intitulé :

Origines et usages
Des flux territoriaux aux flux internationaux
DESTINATION BOIS-ENERGIE

De nombreux experts du domaine y sont intervenu : ADEME, Alcyon, Atlanbois, Centre National de la Propriété Forestières (CNPF), Dalkia/Bois Energie France, DRAAF Centre-Val de Loire, Electricité de Strasbourg (ES) Services, FEDENE, Fibois Grand Est, Forêt & Bois de l'Est/Sylvo Watts, Fédération Nationale du Bois (FNB), Fédération Nationale des Communes Forestières (FNCOFOR), Haropa, Norske Skog, Neoen, Office Economique Wallon de Bois (OEWB), ONF énergie, Pôle National des Transferts Transfrontaliers des Déchets (PNTTD), Propellet France, Région Grand EstRéseaux de chaleur Urbains de l’Est, Syndicat National des Producteurs de Granulés de Bois (SNPGB) et Véolia propreté France Recycling.

En amont de cette journée, le mardi 6 novembre après-midi, deux visites de sites ont été organisées pour illustrer la thématique :

 

Le programme complet, les présentations et les vidéos de cette journée sont disponibles en téléchargement en cliquant ici.

ADEME - BCIAT : Sortie de l'Appel à Projets 2019 & Lauréats 2018

Mi-octobre, l'ADEME a ouvert l'édition 2019 de l'appel à projets Biomasse Chaleur Industrie Agriculture et Tertiaire (BCIAT), qui vise spécifiquement les projets de production de chaleur à partir de biomasse supérieurs à 12 GWh/an.
L’appel à candidatures 2019 comportera deux dates de clôture : les 31 janvier 2019 et 23 mai 2019.

Les 7 lauréats 2018 ont également été identifiés, les projets représentent 464 GWh de chaleur produite.

Pour plus d'informations, cliquez ici.

25-27 juin & 10-12 décembre 2019 - Formation ENERBOIS co-organisée par le CIBE et METROL

Intitulée "ENERBOIS", cette formation sur trois journées, a été montée en partenariat avec le cabinet Métrol. Elles donnent l'occasion pour le CIBE et ses adhérents de transmettre leur expertise dans le domaine du montage de projets de chaufferies bois.

Déjà plus de 150 stagiaires ont bénéficié de cette formation et ont exprimé leur satisfaction. Forte de ce succès, l'aventure est renouvelée en 2018 et 2019. Cette formation répond aux exigences formation à la qualification "Reconnu Garant de l'Environnement" ou RGE.

Les dates des prochaines sessions sont 25-27 juin et 10-12 décembre 2019.

La présentation, le programme pédagogique et le bulletin d'inscription de cette formation sont en téléchargement sur cette page du site internet du cabinet METROL.

Avril et octobre 2019 - "ADOBOIS" - Formation sur le suivi des performances des installations au bois - CIBE/METROL

Environ 6000 chaufferies bois sont en service à ce jour sur le territoire national. Après la mise en service et l'inauguration, l'exploitation au quotidien s'organise. Qu'en est-il vraiment quant aux performances du système, tant au niveau de la combustion, que du traitement des rejets (fumées, cendres...), et de la qualité de la livraison de chaleur ? Comment mieux organiser l'exploitation et la maintenance d'une chaufferie bois, afin d'optimiser les performances, la qualité de l'énergie utile livrée au client, le bénéfice environnemental et la rentabilité globale du projet ?

Pour répondre à ces enjeux, le CIBE et le Cabinet METROL ont une formation dédiée depuis 2017 intitulée « ADOBOIS ». Elle aura lieu :

9-10 avril et 15-16 octobre 2019 à Paris

Elle s'adresse aux professionnels souhaitant acquérir ou parfaire une connaissance méthodologique et pratique de l'exploitation, de l'entretien et de la maintenance d'une chaufferie bois-énergie. ADOBOIS est une occasion unique de connaître les règles de l'art, de l'audit, du diagnostic et de l'optimisation d'une installation, tant sur les aspects techniques, que règlementaires, financiers, économiques et environnementaux.

Pour en savoir plus, téléchargez la présentation et bulletin d'inscription sur le site du cabinet METROL sur cette page.

Programme PROREFEI - Formation des Référents Energie dans l’Industrie

Le programme PROREFEI a été lancé pour former les personnes en charge de la compétence énergie dans l'industrie. En novembre et décembre 2018 commencent les premières sessions de formation pour les référents énergie de l'industrie.

L'objectif est de former 3000 référents énergie d'ici à 2020.

Pour en savoir plus sur le programme lisez le communiqué ici ou cliquez directement ici.

Chaufferies bois avec financement citoyen Energie Partagée

Depuis huit ans, le fonds d'investissement citoyen Energie Partagée a permis de financer plus de 100 projets renouvelables, dont des chaufferies bois.

"En Haute-Savoie, c'est une chaufferie collective bois énergie, avec réseau de chaleur, que des citoyens ont choisi de financer pour approvisionner en chaleur renouvelable 60 logements, des bâtiments communaux (mairie, école, bibliothèque…) et deux entreprises. "Les plaquettes de bois sont fournies par une entreprise forestière locale, et issues de forêts dans un rayon de 30 km", précise Energie Partagée."

Pour lire l'article paru dans Actu Environnement le 7 novembre 2018, cliquez ici.

Note d’information relative au programme DYNAMIC BOIS - Bilan d'avancement intermédiaire

L'ADEME a publié une note d’information relative au programme DYNAMIC BOIS qui "a vocation à fournir le second bilan intermédiaire des AMI DYNAMIC BOIS 2015 et 2016, avec un focus sur les actions réalisées sur l’année 2017".

Pour consulter cette note cliquez ici.

 

 

Cour des comptes - Rapport sur le soutien aux EnR

 

Le 28 avril 2018, la Cour des comptes a établi un rapport sur le soutien aux énergies renouvelables.

Pour le télécharger, cliquez ici.

Collecte de meubles usagés - Bilan pour 2017- Eco-mobilier

L'éco-organisme éco-mobilier a publié le bilan de la collecte de meubles effectué en 2017 : 530 100 tonnes de meubles usagés ont été collectées. Vous pouvez lire l'article ici.

 

Le CIBE organise le 30 janvier au matin, lors du Salon Bois Energie à Rennes, une conférence pour présenter l'état d'avancement de l'étude financée par ECO-MOBILIER et mise en oeuvre par l'association Biomasse Normandie et le cabinet CEDEN intitulée "Valorisation énergétique des bois en fin de vue issus de l'ameublement : Quelles potentialités ?".

Pour plus de détails cliquez ici.

 

Election du nouveau Président et du nouveau Bureau de l’UCFF - Les Coopératives Forestières

Suite aux élections, lors du Conseil d’Administration de rentrée du mardi 11 septembre 2018, les Coopératives Forestières (UCFF) ont un nouveau bureau et un nouveau Président :

  • Président : Bertrand SERVOIS, Président d’UNISYLVA,
  • Vice-Président : Pierre-Olivier DREGE, Président de NSF2A,
  • Trésorier : Charles-François WALCKENAER, Président de FORÊTS ET BOIS DE L’EST,
  • Secrétaire : Gonzague de JARNAC, Vice-président de CFBL,
  • Membre : Henri de CERVAL, Président d’ALLIANCE FORETS BOIS,
  • Membre : Henri BATTIE, Président de COFORÊT.

Le Conseil a remercié Cyril LE PICARD, Président sortant, pour son action au profit des coopératives forestières tout au long de son mandat. Ce dernier continuera à participer aux travaux du Conseil en sa qualité de Président de GCF .

Pour plus de précision et lire le communiqué cliquez ici.

Oct. 2018 - Bilan de la qualité de l'air extérieur en 2017

Le Commissariat Général au Développement Durable a publié le bilan de qualité de l'air extérieur en France durant l'année 2017.

"- 41 % d’émissions de particules de diamètre inférieur à 10 µm (PM10) entre 2000 et 2017. Les émissions d’oxydes d’azote (NOx ) ont baissé de 49 %, celles en particules de diamètre inférieur à 2,5 µm (PM2,5) de 48 %, celles de cadmium (Cd) de 77 % et celles de dioxyde de soufre (SO2 ) de 77 %. À l’inverse, celles d’ammoniac (NH3 ) n’évoluent pas significativement."

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Sept. 2018 - Alerte du Club de la chaleur renouvelable - Retard dans le développement de la chaleur renouvelable

Dans une lettre ouverte du 14 septembre 2018 le Club de la chaleur renouvelable alerte le premier ministre, Monsieur Edouard PHILIPPE, du retard qu'a pris la France dans le développement de la chaleur renouvelable.

L'objectif de la France est d'atteindre 32% d'énergie renouvelable d'ici 2030, pour y arriver il faut développer la chaleur renouvelable qui contribue à :

  • la transition énergétique
  • la lutte contre le changement climatique
  • la relance économique
  • la création d'emploi

Aujourd'hui la solution de la chaleur renouvelable n'est pas assez compétitive et attractive face aux énergies fossiles. Le Club de la chaleur renouvelable demande donc en urgence "une augmentation significative du niveau d’aide moyen apporté par le Fonds chaleur sur chaque projet de production et de distribution de chaleur renouvelable".

La lettre ouverte du 14 septembre 2018 est consultable ici.

Pour connaître les acteurs réunis au sein du Club de la chaleur renouvelable, lisez ici le communiqué de presse du 19 septembre 2018.

Chaufferie biomasse de Surville - Partenariat entre Métropole de Lyon, Ademe et Dalkia

La chaufferie biomasse de Surville, en cours de construction pour alimenter le réseau de chaleur de Lyon Centre Métropole, sera la plus grande chaufferie biomasse publique de France. Elle sera approvisionnée "de plaquettes forestières (bois déchiqueté), de chutes de scierie, de petit bois et d’écorces issus de l’exploitation forestière" provenant d'un rayon de 90 km maximum. L'installation comprendra trois chaudières de 17 MW chacune et un silo de 6000 m3 pour le stockage. Sa mise en fonctionnement est prévue pour mars 2019.

Pour en savoir plus,

  • sur ce projet lisez l'article du Grand Lyon en clinquant ici du 2 août 2018;
  • sur ce partenariat Grand Lyon, ADEME et Dalkia lisez l'article de Euro énergie en cliquant ici du 15 novembre 2018;

Chaleur biomasse - Guide "Qualité des approvisionnements" - ADEME

L'ADEME a mis en ligne le guide « qualité des approvisionnements », vous pouvez le consulter ici.

"Ce guide est notamment à destination des porteurs de projets d'une chaufferie biomasse, et tout particulièrement, des personnes en charge d'organiser l'approvisionnement en combustible bois énergie.
Il est composé de trois parties :

  • Partie 1 - Combustible bois énergie : de quoi parle-t-on ? Références, réglementation, normes
  • Partie 2 - L'exploitation de l'installation : La relation exploitant-fournisseur, la relation chaudière-combustible bois
  • Partie 3 - Contrôles de la qualité du combustible. Protocoles d'échantillonnage, méthodes de mesure

Les différentes fiches aideront à faire le bon choix du type de combustible bois, à sécuriser son approvisionnement ou à en contrôler sa qualité."

Quand l'ensileuse produit des pellets - EDT

Dans son  N°114, le magazine Entrepreneurs des territoires (EDT) met en avant la promesse de CSP avec sa Metitron 560 qui est de simplifier la chaîne logistique en autorisant la production de pellets à la ferme mais aussi dans les champs en valorisant une base d’ensileuse automotrice.

Bilan énergétique 2016 de la France

Le Ministère de la Transition écologique et solidaire a publié en mars 2018 le bilan énergétique 2016 de la France.
Même s’il reste à un niveau historiquement élevé, le taux d’indépendance énergétique de la France métropolitaine baisse de deux points en 2016. En effet, la production primaire baisse de 4,8 % en raison d’arrêts prolongés de centrales nucléaires, tandis que la consommation primaire décroît plus modérément de 1,6 %. Compte tenu des températures moins douces en 2016 qu’en 2015, la baisse de la consommation primaire corrigée des variations climatiques atteint même 3,2 %. Elle trouve son origine à la fois dans la diminution des pertes de transformation (liée à celle de la production nucléaire) et dans celle de la consommation finale. Ainsi, si la consommation se stabilise dans les transports, elle baisse légèrement dans le résidentiel et, de manière plus marquée, dans l’industrie et le tertiaire à climat constant. La facture énergétique des ménages, malgré la hausse de leur consommation réelle, reste stable grâce à la baisse des prix du gaz et des produits pétroliers et au ralentissement de celui de l’électricité.
La consommation d’énergie primaire des départements d’outre-mer (DOM) s’élève à 3,6 Mtep, en hausse de 0,5 %.

Pour en savoir plus, consultez la page dédiée du site du Ministère.

AAP "Investissements d’Avenir - Réseaux Energétiques Optimisés" - ADEME


 Le présent Appel à Projets (AAP) s’intéresse à des solutions d’optimisation des réseaux énergétiques (électrique, chaleur, froid, gaz). A ce titre, il vise à promouvoir le développement de solutions innovantes de gestion et de régulation de ces réseaux, de leurs composants, des données qui en sont issues, ainsi que des éventuelles interactions et interfaces entre eux ou avec les sources de production en amont et les usages en aval par tous types de consommateurs. Pour ce faire, le présent AAP cible notamment l’intégration de technologies de l’information et de la communication aux réseaux énergétiques ainsi que le déploiement de solutions de stockage comme levier d’intégration et de valorisation de la production renouvelable. 

Ces solutions peuvent être de différentes natures et notamment technologiques, économiques, organisationnelles ou juridiques.


Afin de répondre à ces objectifs, les projets attendus pourront traiter des axes listés ci-après.

  • Axe 1 – Le réseau électrique
  • Axe 2 – Le réseau de gaz
  • Axe 3 – Les réseaux de chaleur et de froid
  • Axe 4 – Interaction entre réseaux

Cet AAP vise à financer des innovations, des démonstrateurs et des expérimentations pré-industrielles. Tous les projets déposés devront avoir pour objectif premier de répondre à la demande stricte d’un marché. Le degré d’innovation des solutions développées devra donc être fixé par le besoin du client. D’autre part, le coût global (investissement et exploitation) de la solution innovante sera calibré par la capacité financière des clients ou consommateurs finaux. Les marchés visés devront donc être rentables à terme. Ils devront être bien identifiés, caractérisés et quantifiés.

Dates-limites : 15 mai 2018, 21 septembre 2018 et clôture au 17 juin 2019

Pour en savoir plus, cliquez ici.

AAP "Investissements d’Avenir - EnR" - ADEME

« L’objectif de cet appel à projets (AAP) est d’accompagner le développement de projets dans le domaine des énergies renouvelables : biomasse énergie, solaire thermique et thermodynamique, géothermie, photovoltaïque, éolien terrestre et maritime, énergies marines renouvelables ainsi que des projets d’hybridation des différentes sources renouvelables. »

Cet AAP vise en particulier deux objectifs principaux :

La baisse du coût de production de l’énergie (Levelized Cost Of Energy) à terme, à travers le développement de nouveaux produits (biens et services) et l’amélioration de la fiabilité des systèmes de production d’énergies renouvelables ;
La réduction de l’empreinte environnementale des systèmes grâce à une amélioration des procédés de fabrication et à une optimisation de l’efficacité des technologies mises en œuvre.
Pour répondre à ces objectifs, les projets attendus pourront traiter des deux axes listés ci-après :

  • Axe 1 : Développement de briques technologiques innovantes
  • Axe 2 : Systèmes de démonstration

Dates-limites : 14 juin 2018, 25 octobre 2018 et clôture au 19 septembre 2019

Pour en savoir plus, cliquez ici.

AAP "Investissements d’Avenir - Mobilisation de la biomasse" - ADEME

Le présent appel à projets (AAP) a pour objectif de soutenir la mobilisation et la première transformation durable, éco-efficiente et économiquement performante, des ressources en biomasse.

Il répond notamment à un des enjeux majeurs identifiés dans la stratégie interministérielle de la bioéconomie et dans la stratégie nationale de mobilisation de la biomasse (SNMB). Avec le développement attendu des énergies renouvelables et des produits biosourcés dans les domaines des matériaux et la chimie, les entreprises et industries de transformation de la biomasse ont des besoins en quantité et en qualité satisfaisante pour garantir la pérennité et la rentabilité de leurs outils de production.

Si la biomasse est abondante en France et renouvelable, elle reste néanmoins actuellement limitée au regard de l’ensemble des besoins. La biomasse devra donc être mobilisée en optimisant l’articulation de ses usages et dans une stratégie de maintien de la durabilité de la ressource :

  • En assurant la pérennité des ressources agricoles et forestières sur le long terme ;
  • En intégrant le changement climatique (évolution de la productivité, adaptation des systèmes de production agricoles et forestiers, stockage de carbone) ;
  • En produisant et mobilisant de la biomasse de manière éco-efficiente.

Le périmètre du présent AAP concerne la production de nouvelles ressources, la récolte et la première transformation de la biomasse jusqu’à l’entrée du process de transformation final (matériaux, chimie, énergie), en intégrant toutes les étapes de logistique et de préparation.

Le présent AAP vise à financer des projets de démonstration, dits « expérimentation » ou « démonstrateur », pouvant aller jusqu’à des mises en œuvre à l’échelle 1.

Les projets attendus devront répondre à au moins l’un des quatre axes suivants :

  • Axe 1 : Filière forêt-bois (sylviculture et première transformation du bois)
  • Axe 2 : Biomasse agricole et les co-produits des industries agro-alimentaires
  • Axe 3 : Ressources en biomasse des espaces verts et naturels
  • Axe 4 : Productions de nouvelles ressources en biomasse

Cet AAP vise à financer des innovations, des démonstrateurs et des expérimentations pré-industrielles. Tous les projets déposés devront avoir pour objectif premier de répondre à la demande stricte d’un marché. Les marchés visés devront donc être rentables à terme. Ils devront être bien identifiés, caractérisés et quantifiés.

Dates-limites : 15 novembre 2018, 14 mai 2019 et clôture le 14 novembre 2019.

Pour en savoir plus, consultez la page dédiée.

SSD des emballages en bois - Offre ECO-BOIS

Compte tenu de l'enjeu et la nécessité d'une mise en œuvre très rapide du dispositif de sortie de statut de déchet afin d'assurer la continuité de l'usage des broyats d'emballage en bois comme combustible, le CIBE, la FEDENE, la FEDEREC, la FNB et le SER‐FBE ont décidé de poursuivre leur action afin d'assurer un accompagnement aux producteurs de combustibles bois.

Un travail important a donc été réalisé pour mettre en place une offre de services nécessaires à la mise en œuvre harmonieuse et efficace du dispositif. Il permet à tous les opérateurs, ceux de petite taille comme ceux appartenant à de grandes structures (les non adhérents pouvant en bénéficier à des tarifs différents), de rapidement adapter leur organisation et obtenir la certification requise au titre de l'arrêté du 29 juillet 2014.

Les prestations proposées par ECO-BOIS sont les suivantes :

  • La mise à disposition d'un référentiel (mode opératoire) spécifique à la SSD emballages en bois et reconnu pour être conforme aux instructions de l'arrêté ministériel en ce qui concerne l'Assurance Qualité
  • Un kit d'outils SSD Bois à destination des plates-formes composé de fiches explicatives et de modèles de procédures à mettre en place
  • L'acquisition et le contrôle de la certification auprès d'organismes certificateurs accrédités COFRAC, retenus par Eco-Bois-Emballage à l'issue d'un appel d'offres
  • Un forum de discussion pour traiter le partage de l'information et les cas particuliers (plus de quatre-vingt opérateurs y sont déjà inscrits)

Pour en savoir plus, pour consulter et télécharger la liste et la cartographie des entreprises certifiées SELON LE REFERENTIEL ECO-BOIS/SSD Bois/01, la présentation de l'actualité d'ECO-BOIS, le détail des prestations et un formulaire de commande, cliquez ici.

 

Parution d'un guide sur la praticabilité des parcelles forestières

En décembre 2017, le Guide « Pratic’sols – Guide sur la praticabilité des parcelles forestières » (coordination FNEDT-ONF) contient des informations/recommandations pratiques visant à limiter les risques de tassement et de dégradation des sols forestiers. Il se compose de quatre parties :

  1. Pourquoi parler de praticabilité ?
  2. Recommandations
  3. Pour en savoir plus…
  4. Lexique desserte et cloisonnement

A destination des acteurs de la filière (entrepreneurs de travaux, conducteurs, gestionnaires forestiers, propriétaires, industriels…), ce Guide apporte des éléments d’appréciation sur la praticabilité des sols. Répondant à une problématique nationale, il aborde la question de la mobilisation des bois et de la préservation des sols dans un cadre global : gestion forestière, desserte, conditions de mise en marché des bois, organisation puis réalisation du chantier…

Ce Guide a bénéficié du soutien financier de l’Interprofession nationale France Bois Forêt et de l’apport technique du FCBA et du CNPF-IDF.

Pour télécharger le document, cliquez ici.

Sept. 2018 - Chiffres clés de l'Energie - Edition 2018

Le Commissariat Général au Développement Durable a publié l'édition 2018 des Chiffres clés de l'Energie.

En 2017 en France métropolitaine :

  • la biomasse solide représente 4,4% de la consommation d'énergie primaire. "Le bois-énergie, qui représente la quasi-totalité de la biomasse solide, demeure la première source d’énergie renouvelable consommée en France, loin devant l’électricité d’origine hydraulique. Son principal usage est le chauffage."
  • la biomasse représente 42,3% de la production primaire d'énergies renouvelables.

Pour plus d'informations, cliquez ici.

Publication de la Stratégie Nationale de Mobilisation de la Biomasse

Le 26 février 2018, a été publié l'arrêté portant sur la Stratégie Nationale de Mobilisation de la Biomasse (SNMB).
Le CIBE retient les messages en accord avec ses prises de position sur l'"articulation" des usages du bois (pages 23, 28,31 et 41), la prise en compte des déchets verts comme combustibles (page 72) et l'animation nécessaire au développement de filière bois-énergie locales cohérentes. Il note la mention importante et intéressante de la neutralité carbone (page 25), la préservation des sols (page 33) et de la biodiversité. Ces différents points sont particulièrement importants à noter et diffuser au sein de la filière.


Pour en savoir plus, consultez :

Inventaire des émissions de polluants atmosphériques en France - CITEPA / MTES

 

Le rapport national d'inventaire des émissions de polluants atmosphériques en France au format CEE-NU (au titre de la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance et de la directive européenne sur la réduction des émissions nationales de certains polluants atmosphériques) a été publié en mars 2018.
Pour le télécharger sur notre base documentaire, cliquez ici.

Réseaux de chaleur : Ralentissement des projets

Le 27 novembre 2018, la Fédération des services énergie environnement (Fedene), l’association de collectivités Amorce et le Syndicat national du chauffage urbain et de la climatisation urbaine (SNCU) ont présenté les résultats de l’édition 2018 de leur enquête sur les réseaux de chaleur et de froid, voir ici. Il a été constaté un ralentissement des nouveaux projets de réseaux de chaleur.

Les trois organismes s'inquiètent de cette baisse qui ne permettrait pas d'atteindre les objectifs nationaux fixés par la loi de transition énergétique. 

Il faudrait modifier et simplifier les mécanismes du Fonds chaleur et augmenter les aides au déploiement de nouveaux réseaux de chaleur. L'augmentation du Fonds chaleur prévue reste à confirmer et doit être complétée.

Annonce de l'augmentation de 50% du Fonds chaleur - Réaction du Club de la chaleur renouvelable

Le 2 octobre, le Ministre de la Transition écologique et solidaire, François de RUGY, a annoncé devant les sénateurs l’augmentation dès 2019 du Fonds chaleur à 300 millions d’euros. Les professionnels attendent avec impatience sa confirmation dans le projet de loi de finances pour 2019 et le Club de la chaleur renouvelable (AFPG, AMORCE, ATEE, CIBE, ENERPLAN, FEDENE, SER
et Via Sèva) s'exprime à ce sujet dans un communiqué de presse.

Pour télécharger le communiqué de presse, cliquez ici.

Juin 2018 - Aide à l’investissement en Prime à la production de chaleur - Rapport de la CGEDD

Le Fonds chaleur propose une aide à l’investissement dans les énergies renouvelables thermiques et dans les réseaux de chaleur qui y recourent.

"La mission a étudié l’opportunité de la transformation de l’aide à l’investissement en une prime à la production de chaleur, et considère à l’issue de ses travaux que ce n’est pas souhaitable. Les investissements chaleur sont capitalistiques et nécessitent de ce fait une aide à l’investissement, faute de quoi ils n’obtiennent pas de financement bancaire ; l’aide au fonctionnement n’est jugée intéressante par ses bénéficiaires potentiels que dans certains cas seulement et si elle s’ajoute aux aides actuelles à l’investissement sans s’y substituer ; l’aide au fonctionnement réintroduirait, dans la chaleur renouvelable, une forme d’indexation sur des cours des énergies fossiles fondamentalement volatiles, alors que leur indépendance réciproque est pour les porteurs de projets un argument commercial majeur.

La mission relève qu’avec une enveloppe totale de près de 600 M€/an (dont un tiers au Fonds chaleur), les énergies renouvelables thermiques bénéficient de moins de 10 % des soutiens aux énergies renouvelables dont elles représentent pourtant près de 60 % de la production. Ainsi, l’augmentation globale de l’aide aux énergies renouvelables thermiques parait justifiée, tant en montant qu’en procédures réglementaires."

Pour lire le rapport complet de juin 2018 cliquez ici.

Campagne de communication de France Bois Forêt "Pour moi, c'est le bois !"

La réponse de France Bois Forêt suite à la diffusion du documentaire « Le temps de Forêts » sorti en salle depuis le 12 septembre 2018 est en ligne ici.

Le 7 septembre 2017, la filière Forêt-Bois a lancé une campagne de communication intitulée "Pour moi, c'est le bois !"

  • Le bois représente 40 % des énergies renouvelables produites en France : c’est plus que l’hydraulique, l’éolien, le solaire, le biogaz et les déchets urbains réunis !
  • 7,4 millions de résidences sont équipées d’un chauffage au bois
  • Près de 400 000 logements disposent d’un chauffage et d’eau chaude sanitaire grâce à des réseaux de chaleur au bois.
  • Le bois-énergie contribue à l’indépendance énergétique de la France en limitant les importations d’énergie fossile pour 9.7 millions de tonnes d’équivalent pétrole
  • Produit et consommé dans les territoires, le bois-énergie contribue à l’économie locale
  • Sa collecte, son conditionnement, son transport et son exploitation représentent un marché de 3,5 milliards d’euros et plus de 10 000 emplois locaux et non délocalisables (données 2014)
  • Le bois énergie crée 3 à 4 fois plus d’emplois que les énergies fossiles

Le site internet dédié est celui de France Bois Forêt en ligne ici.

Le dossier de presse est en ligne ici.

La vidéo élaborée pour cette campagne est visible en cliquant sur ce lien.

La vidéo de la soirée de lancement du 7 septembre est en ligne ici.

Février 2018 - EIP AGRI - Mobilisation de la biomasse forestière - Rapport final

Le"groupe focus" européen EIP AGRI a édité en février 2018 son rapport final sur la mobilisation de la biomasse.

Pour télécharger le document en anglais, cliquez ici.

5 Nov. 2018 - L'équipe du CIBE s'agrandit

Nous avons le plaisir de vous annoncer l'embauche en CDI de Marion MEZZINA en date du 5 novembre 2018 au poste de Chargée de projet.

Ingénieure ENSTIB, elle bénéficie d'une expérience de deux années au FCBA en tant qu'auditrice technique sur des chaines de contrôle et des marques produits. Nous sommes confiants que sa motivation, son sérieux et son goût d'apprendre lui permettront de rapidement trouver sa place au CIBE et d'apporter son soutien à notre déploiement.

Juin 2018 - Cahier d'acteur du Club de la chaleur renouvelable dans le cadre du Débat public sur la PPE

Dans le cadre du Débat public sur la Programmation Pluriannuelle de l'Energie (du 18 au 30 juin 2018), le Club des acteurs de la chaleur renouvelable* a édité un cahier d'acteurs pour rappeler la place et les enjeux associés à cet usage de l'énergie.

Pour télécharger le cahier d'acteurs, cliquez ici.

*Le "Club des acteurs de la chaleur renouvelable", créé en 2003, a été réactivé pour réaffirmer l’importance de cet enjeu, faire connaître le retard accumulé sur ce levier majeur de la politique énergétique de notre pays et proposer des pistes d’amélioration. Ce Club regroupe les principaux organismes professionnels actifs et représentatifs sur ce sujet : AMORCE, AFPG, ATEE, CIBE, ENERPLAN, FEDENE, les syndicats SNCU et SVDU, SER et ses commissions, et Via Sèva.

jeudi 13 décembre 18
lundi 01 avril 19
mardi 02 avril 19
mercredi 03 avril 19
mardi 09 avril 19
  • PARIS - Formation CIBE/METROL "ADOBOIS"

    Sur l'Audit, Diagnostic et Optimisation des performances d’une chaufferie bois-énergie
    Pour en savoir plus