Menaces envers les travailleurs forestiers et destruction de leurs matériels

Juillet

France Bois Forêt invite les travailleurs forestiers à prendre connaissance des démarches existantes pour lutter contre les atteintes auxquelles ils sont confrontés sur leurs chantiers et regroupées dans le flyer « La lutte contre les atteintes à la filière forêt-bois » publié par la Gendarmerie.
« Au-delà des flyers, l’idéal est malgré tout que les opérateurs s’identifient et se rencontrent localement avec les forces de Gendarmerie. » précise Jean-Michel SERVANT, Président de France Bois Forêt.

.

Mai

En réponse aux menaces perpétuelles que subissent les travailleurs forestiers, Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Gérald Darmanin, Ministre de l’Intérieur, ont rédigé un courrier le 6 mai pour condamner fermement ces actes de malveillance et assurer « la pleine mobilisation » des services de leurs ministères pour garantir aux acteurs de la Filière Bois la sécurité dans l’exercice de leur métier. 

.

Mars 2022

Le problème des actes de vandalisme et d’incivilité commis sur des matériels d’exploitation et à l’encontre de certains personnels ayant été soulevé lors des Assises de la forêt et du bois, les participants aux Assises ont publié le 8 mars une déclaration commune de soutien aux travailleurs en forêt victimes d’agression.
Quatre ONG environnementales signataires de cette déclaration commune ont publié une déclaration complémentaire visant à rappeler que, malgré les divergences de point de vue et les désaccords au sujet de l’exploitation forestière, « le respect des biens, des personnes et du dialogue entre les parties prenantes intéressées à la forêt, doit être garanti en toute circonstance », et à condamner « toutes les violences à l’égard de tout acteur du débat forestier, de quelque nature qu’elles soient. »

Après la clôture des Assises de la forêt et du bois du 16 mars, la Coopérative forestière CFBL a été victime d’un incendie criminel perpétré sur un engin forestier dans la nuit du 17 mars sur la commune de Brassy (58), et ce après que la Gendarmerie ait enregistré des menaces de mort à l’encontre des forestiers de cette coopérative.