Directives européennes RED II / RED III

Dès 2023, les opérateurs énergétiques nouvellement assujettis à la mise en place d’une traçabilité dédiée concernant les critères de durabilité de la biomasse, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’efficacité énergétique, sont appelés à se rapprocher des systèmes de traçabilité et des organismes certificateurs indépendants reconnus pour la RED II afin de trouver le plus adapté à leur situation, mettre en place la traçabilité RED II et organiser le premier audit dans le courant de l’année 2023. 

Afin de comprendre les enjeux et les obligations liés à la durabilité des bioénergies au sens de la directive européenne RED II, les ministères de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires & de la Transition énergétique ont résumé ses différents aspects, des principes généraux aux quotas carbone en passant par la mise en œuvre opérationnelle, sur une page dédiée de leur site internet.

Le Ministère a reporté la date limite de déclaration par les opérateurs énergétiques sur « démarches simplifiées »pour les obligés RED au 15/03 23:59. Ce report n’est pas applicable concernant les déclarations ETS via GEREP.
Les dates limites sont également reportées pour la déclaration concernant le second semestre 2022 (en rappelant que ces déclarations auraient déjà dû être faite à l’automne 2023).

Un formulaire « démarches simplifiées » est accessible afin de permettre le dépôt des deux documents attendus pour la déclaration, et de permettre à lopérateur de répondre à quelques questions complémentaires sur sa situation et celle de ses fournisseurs. (https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/declaration-2024-elec-chaleur )

La page web « durabilité des bioénergies » a été complétée par une série de vidéos explicatives concernant la déclaration de durabilité au titre de l’année 2023 pour les opérateurs énergétiques obligés RED II sur leur production d’électricité et/ou de chaleur à partir de biomasse.

Ces vidéos détaillent onglet par onglet le tableur de déclaration de durabilité qui doit être rempli et déposé en ligne par les opérateurs avant le 15 mars 2024 à 23h59 (initialement le 29 février 2024). Ces déclarations concernent :

  • Un tableur de déclaration de durabilité au format imposé
    • Tout opérateur devra renseigner la totalité des approvisionnements de l’année 2023 dans ce tableur.
    • Le tableur est disponible en ligne.
    • Un document d’aide à la déclaration est également disponible.
  • Un document annexe (format libre) détaillant les calculs d’émissions de gaz à effet de serre réalisés par l’opérateur lorsque ces derniers sont retenus 
    • Ce second document détaillant les calculs GES n’est attendu que lorsque l’opérateur utilise des lots de combustibles ou intrants qui sont soumis à ces exigences de réduction de GES, et qu’il a effectué un calcul en valeurs réelles, pour toute ou partie du calcul.
    • Si l’opérateur a recouru uniquement à des valeurs par défaut de la directive, ou valeurs représentatives de la filière bois énergie, ce document annexe n’est pas exigé.

Il est recommandé de se rapprocher, le plus rapidement possible, des DREAL en cas de retard de déclaration.

Pour rappel, les opérateurs énergétiques obligés ETS doivent déposer les documents attestant de la durabilité via l’outil GEREP avant le 28 février 2024 s’ils sont soumis également au titre du code de l’énergie ou seulement sur GEREP le cas échéant.

 

Rappel des obligations pour les fournisseurs de bois-énergie :

Pour tenir compte des difficultés présentées par le manque d’auditeurs disponibles en France, le processus de mise en œuvre suivant a été publié le 28 septembre 2023 et se trouve sur le site du ministère :

  • Pour les fournisseurs de biomasse déjà certifiés PEFC: aucune démarche spécifique n’est attendue à ce stade. Un point d’étape sera fait début décembre 2023 avec PEFC concernant le statut de sa reconnaissance en tant que système volontaire RED II par la Commission Europé La DGEC précise que l’ensemble de ces opérateurs devront être certifiés RED II pour fin 2024. Aucun audit programmé après la reconnaissance de PEFC ne doit ignorer les exigences RED II, quitte à adapter le calendrier d’audit. Pour un opérateur prévoyant de se faire certifier RED II uniquement en 2025, la biomasse sera considérée comme non durable pour l’année 2024.
  • Pour les fournisseurs de biomasse non certifiés PEFC: a minima, une démarche formelle doit être engagée dici fin 2023. Un justificatif de prise de RDV doit être disponible pour le 31 décembre 2023 et un audit doit être programmé au plus tard d’ici la fin du 1er semestre 2024.
  • Pour les fournisseurs en biomasse déjà certifiés PEFC et non encore REDII : le modèle d’attestation reste valable 

à noter que pour les opérateurs des installations de production d’électricité et/ou de chaleur à partir de biomasse solide, de déchets solides ou liquides, « obligés RED II» au titre du code de l’énergie, et/ou « obligés ETS » au titre du code de l’environnement : l’exigence d’audit de certification d’ici fin décembre 2023 est maintenue. La DGEC précise qu’aucune priorité ne peut être établie à ce stade entre les deux catégories d’obligés et que tous doivent être certifié

24 janvier : L’actualité de la transposition de ces directives ont été présentées au Salon Bio360 à Nantes, vous pouvez accéder aux supports sur cette page.

30 janvier : Le Consortium dédié à la transposition des directives « RED » composé de CIBE, CNPF, COPACEL, EFF, FEDENE, FNB, FNCOFOR, FNEDT, FRANSYLVA, ONF, ONFE, UCFF et SER a mobilisé Solagro pour effectuer avec le soutien de France Bois Forêt et du Ministère de l’Agriculture une étude sur la constitution de valeurs GES [gaz à effet de serre] dans la filière bois énergie française dans le cadre de la directive RED II. Cette étude est téléchargeable ici.

Plus d’informations sur la directive européenne REDII sont disponibles sur cette page